Wolf Kingdom
~ Wolf Kingdom ~
Bienvenue invité ou habitué de ces terres,
rejoins donc notre bande de fous : p
Non, nous ne sommes pas méchants (ou presque)
Alors, qu'attends-tu?
En souhaitant que tu te plaises chez nous !


Ce monde te guide désormais... Bonne chance !
 

Partagez | .
 

 ♠ Quand on est dans le désert ♠ ~Libre~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sefiran
Combattant

avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 22/08/2013
Localisation : Dans tes rêves ♥

Feuille de personnage
Points Premium : 0
Doubles-Comptes : /
Famille:

MessageSujet: ♠ Quand on est dans le désert ♠ ~Libre~   Sam 24 Aoû 2013 - 11:13





    Quand on est dans le désert
    Libre




    Quelques traces de pas se dessinent sur le sable brûlant ce ces terres.  Doucement, le léger vent créer des petites rafales qui balayent tout sur leurs passages. Impossible de revenir sur le chemin du retour si on compte sur ses propres marques. Dans le désert, faire le petit poucet est impossible. Le vent balaie tout, les rares animaux prennent le reste. De toute façon, personne ne s’aventure dans ce milieu hostile. Il fait chaud, on s’y perd,  on à des mirages… Quoi que ça dépend qui on est. Il existe dans ce territoire une meute de loup. Des canidés brutes, violents, froids. Le soleil, au lieu de réchauffer leur cœur, les ont brûlés jusqu’à ce qu’ils deviennent aussi mauvais que cela. Cependant, ces loups,  sont différents des autres. Ils supportent beaucoup mieux la chaleur et ont un sens de l’orientation qui leur facilite la survie. Vous verrez rarement un Okuris ne pas trouver de quoi se nourrir et s’abreuver. A force de séjourné là-bas, trouver des oasis devient de plus en plus facile. Par contre, pour les canidés des autres meutes, mieux vaut il ne pas s’aventurer ici. Libre à vous, mais à vos risques et périls.

    Le loup blanc marchait lentement, tête vers le sol. Ses pattes devenaient de plus en plus lourdes à chaque mètres, pourtant il ne pouvait pas s’arrêter. Il s’arrête, il est mort. Tout simplement.  Il n’y à pas d’autre alternative. Non, personne ne viendra le chercher dans le désert, il ne trouvera pas soudainement à manger au détour d’une dune,  il ne trouvera pas la force de se relever. Alors, il devait continuer de marcher. Il ne comprenait pourtant pas pourquoi il était si fatigué. Cela faisait seulement quelques heures qu’il était là. Eh bien oui, dans le désert, quelques heures, ce n’est pas beaucoup. Il avait fait bien plus long comme route, pourtant aujourd’hui il n’était probablement pas en forme. Bon, c’était pas comme s’il était perdu. Non, il y avait une oasis pas très loin, il en était sûr. A force de côtoyer ce territoire, on à un certain sens de l’orientation. Évidemment, on ne peut pas reconnaître si on a déjà vu cette dune ou non. En fait, c’est probablement inexplicable. Peut être que ces canidés se fit tout simplement à leur instinct. Cela serait donc la seule raison qui expliquerai donc leur capacité à s’orienter dans le désert, à la recherche de quoi survivre. D’autres à sa place seraient déjà mort, de chaud, de faim, de soif, de fatigue… Tués même ? Tout est possible ici. Pour survivre, il y a beaucoup d’animaux qui seraient prêt à tuer et à dévorer d’autres. Parce que quand on est à deux doigts de la mort, on à deux choix ; Survivre ou mourir. Et quand vous êtes dans ce cas, quand vous avec la chance de rencontrer un autre animal, il devient votre chance de faire un choix, celui de survivre. Cependant, après tout, cela reste votre choix. Certains sont trop bons pour faire ça, alors que d’autres n’hésiteront même pas une seconde. Cela dépend du caractère et des principes, mais qui sommes nous pour juger ? Le jour ou nous nous trouverons dans cette situation, nous en reparlerons…

    Sefiran marchait toujours, traînait presque des pattes. Il ne lui restait que peu de forces, pourtant il devait continué à marcher. Bientôt, ses jambes ne le porteraient plus et ça, c’était mauvais. Pour qu’il n’atterrisse pas dans le sable, il utilisa un peu du reste de ses forces pour utiliser son pouvoir. Désormais, cela lui demandait de moins en moins de force pour pouvoir l’utiliser, mais il en avait encore besoin d’une certaine quantité. Heureusement, il réussit. Son corps grandit, ses pattes, ses muscles, sa tête. Alors qu’on l’apercevait déjà de loin, là il ne passerait inaperçu pour plus personne. Mais au moins, il avait déjà un peu plus de force que précédemment et il se fatiguerait moins vite. Quoi qu’il en soit, il devait vite trouver une oasis. Sinon, ça risquait de mal se passer pour lui. Il avait donc le choix. Soit une grand dune devant lui, soit une plus petit à une centaine de mètres. Il commença à aller sur celle devant lui, avant de s’arrêter net. Il valait mieux allait à la dune un peu plus loin. Il pivota et se remit à marcher en cette direction. Puis là, enfin. Une oasis.

    Il se mit à scruter l’oasis, un peu suspicieux. Un mirage ou était ce véritablement de l’eau ? Après quelques minutes, il alla vérifier en bas. Oui, c’était bel et bien un coin d’eau. Alors il en profita et s’abreuva comme il le put. Ensuite, il s’allongea à l’ombre d’un des seuls arbres qui poussaient dans ce territoire. L’ombre lui fit un si grand bien et il était tellement fatigué, qu’il s’endormit après quelques minutes. Quand il se réveilla, c’était seulement une ou deux heures après. La faim commençait à lui creuser l’estomac. Les proies étaient malheureusement très rare dans ce milieu, mais il avait la chance de se trouver aux bords d’une oasis. Il pouvait attendre d’un animal vienne par ici, ou bien il pouvait essayait de pêcher. Il avait appris au fil de ses années. Même si c’était difficile, on pouvait y arriver au bout du compte. Il se mit dans l’eau, puis attendit sans bouger. Les poissons, êtres sans grand intelligence mais aussi curieuse, s’approchèrent. Tout d’abord un, puis deux, puis beaucoup trop pour qu’on puisse les compter. Ils mordillaient le pelage de Sefiran, s’écartaient, revenaient, s’écartaient encore. Un espèce de cycle sans fin. Cependant ça ne serait pas le cas. Le loup rapprochait doucement sa gueule à la surface de l’eau. Puis quand le moment propice à ses yeux arriva, il plongea sa tête dans l’eau, attrapant un poisson au passage. Certes, il n’était pas très gros, ni très bon, mais au moins il lui permettait de reprendre des forces. Et là était bien le plus important. Il sortit donc de l’eau, sa proie morte dans sa gueule. Il se rallongea dans le sable, mangeant avec plus ou moins de plaisir.

_______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

♠ Quand on est dans le désert ♠ ~Libre~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Perdu dans le désert !
» Sauvetage dans le désert [PV Jake & Blaid]
» Quand on tombe dans l'eau, la pluie ne fait plus peur.
» Un squelette dans le désert (Jour VI - Walnut Grove)
» Hercules ~ Comme un pingouin dans le désert

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wolf Kingdom :: Terres Okuris :: Oasis-